Brix – Chapelle et fontaine saint Jouvin.

Add this
Au creux de la vallée, dans ce bocage du Cotentin, chaque année, le lundi de Pentecôte, sous les frondaisons c’est une cathédrale de verdure qui accueille de nombreux pèlerins, familles, enfants qui se rassemblent en l’honneur de saint Jouvin.
Que savons-nous de saint Jouvin

Jouvin que l’on orthographie différemment selon les lieux et les époques (Jovinus, Jouvin, Jouin, ou encore Johin) était d’une grande famille de l’aristocratie gauloise, la gens maxima, représentée au sénat romain. Dans cette famille où la foi avait une grande place, les cinq enfants, quatre garçons et une fille, reçurent une éducation chrétienne très importante. Tous les enfants vont répondre à l’appel de Dieu et se mettre à son service et à celui de leurs frères.

Maximin, l’aîné, devint évêque de Trèves le 13 janvier 332. Maixent devint, en 346, évêque de Poitiers. Mexme vécu en ermite près de Chinon. Maxima, vierge chrétienne fut déclarée bienheureuse.

Jouvin, lui, menait plutôt la vie d’un jeune homme dont la famille a de l’argent, quand en 335 ou 336, il rencontre chez son frère Maximin, évêque de Trèves, saint Athanase, patriarche d’Alexandrie, qui avait été exilé par l’empereur. Avec Athanase, il découvre la vie de ces milliers de moines d’orient vivant en communauté ou en ermites.

Rentré à Silly, près de Poitiers, il décide quelque temps après, de répondre à l’appel de Dieu et se retire dans le silence, la prière et la pénitence près de la villa d’ « Ension » qui faisait partie du domaine familial.

Sa vie d’ermite dure peu de temps car sa réputation de sainteté attire à lui de nombreux disciples qu’il finit par rassembler sous sa direction et il fonde alors le monastère devenu célèbre et qui porte le nom de son fondateur : St-Jouvin-de-Marnes. Très vite le monastère va prospérer et voir arriver de nombreuses vocations. Venus pour vivre dans le silence, la pénitence et la prière, les moines d’Ansion vont aussi très vite entendre l’appel du Christ : « Allez, de toutes les nations faites des disciples, baptisez-les au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit », et ils vont se faire « moines-évangélisateurs », parcourant tout l’ouest de la Gaule, fondant prieurés et monastères qui deviennent source de rayonnement de la foi.

Saint Jouvin meurt en 370. Enterré d’abord dans la petite église St-Christophe, au pied de la colline, son corps est transféré ensuite au sommet de la colline, dans l’église abbatiale. Le corps de saint Jouvin va disparaître dans l’incendie du monastère, pendant les guerres de religion en 1568 le 28 février.

Les moines de saint Jouvin ont largement contribué à l’évangélisation du grand ouest de la Gaule.

 

Saint Jouvin et le diocèse de Coutances-Avranches

Deux moines d’Ansion, Pair et Scubilion vont venir évangéliser le diocèse d’Avranches et les diocèses voisins, puis se fixent à Scissy. Rejoins par de nombreux disciples, ils vont aller dans les campagnes voisines, encore païennes et continuer à fonder des prieurés. Saint Pair devient évêque d’Avranches et meurt en 365.

C’est au début du moyen âge que fut fondé à Brix le prieuré de Saint-Jouvin, aujourd’hui demeure privée. Construit proche d’une source, il devient lieu de pèlerinage. Saint Jouvin est vénéré comme saint protecteur des enfants mais aussi comme saint guérisseur, pour les enfants chétifs et pour toute personne atteinte de maladie de peau. La tradition s’est perpétuée jusqu’à nos jours.

Au XVe siècle on a construit une chapelle toute simple près de la source… peut-être pour y rassembler les pèlerins et préserver la vie des moines du prieuré.

Aujourd’hui saint Jouvin fait partie des saints guérisseurs. Fêté traditionnellement le 1er juin, il l’est à Brix le lundi de Pentecôte. Même si le nombre de pèlerins a diminué ; nous sommes encore plusieurs centaines de pèlerins le jour de la fête.

 
La légende

Une légende veut que saint Jouvin soit l’architecte et le constructeur de la cathédrale de Coutances… Or saint Jouvin est mort en 370 et la cathédrale romane de Coutances fut consacrée le 8 décembre 1057… La cathédrale gothique un 12 juillet entre 1240 et 1250. La confusion vient sans doute du fait que la corporation des maçons de Coutances, comme celle de Brix, a pris saint Jouvin comme saint patron dans les mêmes époques… et ce fut peut-être un architecte de Saint-Jouvin-de-Marne qui fut le maître d’œuvre.

A l’heure de la nouvelle évangélisation, on peut invoquer saint Jouvin pour que les chrétiens du XXIe siècle aient le même dynamisme, le même désir d’évangéliser que ses moines-évangélisateurs, quand ils allaient porter l’Evangile dans le grand ouest.

Notes prises dans le livret : « Connaissez-vous les origines de saint Jouvin » conçu et réalisé par la paroisse de Brix et les responsables du pèlerinage. - Père Michel LE BLOND (2015)

 

Vidéo


Extrait vidéo du pèlerinage à Saint Jouvin - Lundi 25 mai 2015