La pentecôte : Le Saint Esprit à l’œuvre dans l’Eglise.

Add this
Le jour de l’Ascension, nous avons célébré le Christ ressuscité qui quitte ses disciples. Et le jour de la Pentecôte, nous célébrons le Saint Esprit qui est donné aux disciples. C’est à ce moment-là que l’Eglise commence à exister.
Le Saint Esprit donne son dynamisme aux disciples.

Le jour de l’Ascension Luc notait dans les actes des apôtres, qu’après avoir vu le Christ les quitter, les disciples étaient revenus au cénacle où avait eu lieu la célébration de la cène. (Ac 1) D’autre part, Jean note que le soir du jour de pâques, « le Christ vint et se tint au milieu des disciples alors que les portes étaient closes par peur des juifs. » (Jn 20)

Les disciples sont inhibés par la peur, après ce qu’ils ont vécu dans la passion et la mort de Jésus. Et nous les comprenons. Ils attendaient un Messie glorieux, parce que tout-puissant et voilà que tout se termine apparemment par la mort. Ils ont peur de subir le même sort que Jésus.

Tout change le jour de la pentecôte.

Le jour de la Pentecôte voilà que ceux qui étaient enfermés dans la peur sortent. Ils annoncent hardiment la Bonne Nouvelle : « Christ est ressuscité. Nous en sommes témoins. » Il n’est plus alors question de crainte. Les disciples ne pensent plus à la mort et aux mauvais traitements qu’ils pourraient subir. La peur est derrière eux. Ils sont devenus des missionnaires pleins de courage et de force. Le Christ avait promis à ses disciples avant de les quitter, « une force d’en-haut qui les ferait se souvenir de ce qu’il leur avait dit quand il était avec eux. » Il les avait invités « à ne pas quitter Jérusalem avant d’avoir reçu cette force venue d’en-haut. » Cette force est venue ce matin de la fête de la Pentecôte juive sous la forme d’un grand vent et de flammes de feu. » C’est alors que les disciples sortent et chacun les entend parler le dialecte de son pays. Et ils sont nombreux, en cette grande fête à être venus à Jérusalem de tout le bassin méditerranéen. En ce matin de pèlerinage à Jérusalem, le Saint Esprit a fait merveilles.

Le Saint Esprit fait merveilles pour nous, aussi, aujourd’hui.

 Il n’y a pas dans la célébration du sacrement de confirmation de grand souffle de vent, il n’y a pas de langues de feu, il n’y a pas habituellement de parler en langues pour les étrangers présents. Mais il y a l’action de l’Esprit Saint qui se manifeste par la joie et le bonheur des confirmands et de ceux qui les accompagnent. Cette joie et ce bonheur sont les manifestations de l’Esprit Saint qui agit aujourd’hui. La joie, nous en faisons l’Expérience lorsque nous travaillons pour les autres, lorsque nous nous mettons au service des plus petits et que nous manifestons de l’amour. Lorsque nous nous rassemblons pour célébrer et prier le Seigneur et que nous nous accueillons avec nos différences, nous sommes dans la joie. Lorsque nous travaillons dans l’unité, à proclamer l’amour de Dieu pour le monde, et particulièrement pour ceux qui sont le plus loin, l’Esprit Saint nous donne sa joie. C’est la même joie que nous éprouvons que celle que vivaient les disciples le jour de la Pentecôte.

Nous vivons en Eglise la joie du Seigneur, aujourd’hui, lorsque nous portons témoignage de l’amour et de la miséricorde de Dieu pour notre monde.

Puissions-nous en cette fête de la Pentecôte accueillir vraiment la joie de l’Esprit Saint !