Restez informé

Sainte Marie-Madeleine Postel, vierge

Add this
Fêtée le 17 juillet, mémoire

Fille de cordier du village de La Bretonne, à Barfleur, Julie Postel naquit en 1756. Elle montra, dès son plus jeune âge, des dispositions exceptionnelles pour la prière et l'engagement chrétien. Elle résolut très vite de se consacrer à Dieu. Après des années de pension chez les bénédictines de Valognes, elle fonda une école de filles dans sa bourgade natale. La Révolution révéla la mesure de son zèle. Elle soutint les prêtres réfractaires, fit le catéchisme, organisa clandestinement des Premières Communions et porta aux mourants le Saint Sacrement qu'elle conservait secrètement dans sa maison.

Institutrice à Cherbourg, elle y fonda une petite congrégation de religieuses. De là, les sœurs allèrent d'étape en étape par Octeville l'Avenel, Tamerville, Valognes, Tamerville de nouveau. Le périple se termina dans les ruines de l'ancienne abbaye bénédictine de Saint-Sauveur-le-Vicomte, qu'elle acheta en 1832. L'Institut des sœurs de la Miséricorde prit son essor et couvrit de ses ramures l'ouest de la France, l'Allemagne et les Pays-Bas. La mère Marie-Madeleine veillait à la formation de ses sœurs et à l'extension de sa congrégation, insistant sur « l'obéissance jusqu'à la mort », la charité et la vie de prière. Bien avant sa mort, en 1846, elle était considérée comme une sainte.

 

(Tiré de l'Ordo liturgique du diocèse de Coutances et Avranches)