Restez informé

Saint Thomas Becket, évêque et martyr

Add this
Fêté le 7 juillet, mémoire facultative

De souche normande, Thomas est né à Londres. Il fut successivement archidiacre de Coutances et chancelier d'Angleterre avant d'être élu évêque de Cantorbéry. Il se montra courageux et ferme dans les responsabilités de sa charge épiscopale. Il refusa de reconnaître les lois préjudiciables aux intérêts et à la dignité de l'Église, qu'avait portées le roi Henry II.

Sur le point d'être jeté en prison, il réussit à fuir. Il trouva refuge d'abord à Pontigny auprès des moines de Cîteaux, puis auprès du roi de France Louis VII.

Rappelé d'exil, il est calomnié devant le roi. Des soudards assaillent Thomas dans sa cathédrale. L'évêque retint les membres du clergé qui s'efforçaient de couvrir l'entrée du sanctuaire et déclara : « L'église de Dieu ne doit pas être fermée à la façon d'un camp... Quant à moi, c'est pour l'Église de Dieu que je souffrirai librement la mort ». Il est massacré. C'était le 29 décembre 1171.

L'année suivante, le roi Henry venait recevoir l'absolution papale à la porte de la cathédrale d'Avranches, et Alexandre III canonisait Thomas le 21 février 1173.

Le diocèse de Coutances, où il avait séjourné, est un des premiers à avoir célébré son culte. Dès le 28 juillet 1174, l'évêque Richard de Bohon, ami du martyr, fait consacrer en son honneur, par un prélat anglo-normand, une église nouvellement construite dans un faubourg de la ville de Saint-Lô, et le croisillon nord de la cathédrale lui est dédié avec un autel et un vitrail au XIIIème siècle.

Le 7 juillet est l'ancienne date de sa fête traditionnelle.

 

(Tiré de l'Ordo liturgique du diocèse de Coutances et Avranches)