Restez informé

Dédicace de la cathédrale de Coutances

Add this
Fêtée le 12 juillet, fête (à la cathédrale, solennité)

À la suite des ravages des Normands (836), Coutances resta près de deux siècles sans cathédrale. Les évêques n'y résidaient plus, mais se fixèrent à Rouen, dès que Rollon y eut rétabli l'ordre et la paix (911). Le Cotentin était retourné en grande partie au paganisme nordique. Ce n'est que l'évêque Robert (1027-1043) qui tenta de revenir sur place et qui fit poser par la duchesse Gonnor la première pierre d'une nouvelle cathédrale. Le grand évêque Geoffroy de Montbray, dit « le Bienheureux », sacré le 10 avril 1049, mort le 2 février 1094, poursuivit et acheva la construction. Il en fit faire la dédicace le 3 décembre 1057 par l'archevêque Maurille en présence du Duc Guillaume. Les Cotentinais, conquérants de l'Italie du Sud, avaient grandement aidé à la construction. Gravement endommagée par un tremblement de terre le 5 décembre 1091, Geoffroy la fit réparer. Au début du XIIIème siècle, l'évêque Hugues de Morville (1208-1238) entreprit de grands travaux. Conservant les piliers et les arcades de la nef, il les rhabilla en gothique, il reconstruisit à neuf le chœur, le transept et la tour lanterne. Il en fit la dédicace un 12 juillet d'une année inconnue.

La cathédrale de Coutances est considérée comme l'une des plus belles du monde. Pendant des siècles on y a chanté comme dans un monastère l'office complet de jour et de nuit et la grand-messe capitulaire.

Elle était desservie par un collège de trente-trois chanoines, six vicaires du grand autel, une quarantaine de chapelains, auxquels s'ajoutait encore un nombreux clergé.

Le poète normand Louis Beuve qui l'a chantée lui a donné le nom de « Cathédrale de Fierté ».

 

(Tiré de l'Ordo liturgique du diocèse de Coutances et Avranches)