Biville

Add this

Eglise de BIVILLE, date du XIIème siècle,  commune natale du Bienheureux Thomas  Hélye, né entre 1177et 1187 et mort le 19 octobre 1257 dans les dépendances de  la porterie du château de Vauville.

 

SUR LES PAS DU BIENHEUREUX THOMAS HELYE

L’histoire de la Bannière Saint Pierre- Bienheureux Thomas

En 1885, Virginie Mouchel, d’Auvers, âgée de 31 ans était affligée d’une maladie qui la tenait au lit depuis 11 ans ; elle ne pouvait  prendre qu’un peu de pain d’orge et d’eau, et encore rejetait-elle ordinairement cette nourriture.

Les vomissements qu’elle éprouvait étaient accompagnés d’étouffements très douloureux, et d’un râlement dont le bruit, dit la relation, se faisait entendre à cinquante pas de distance.

La faiblesse était si grande  que la malade ne pouvait plus se remuer seule dans son lit ; les médecins avaient pris le parti de recourir à des expédients propres seulement à diminuer des souffrances qu’ils n’espéraient plus guérir. Ce ne fut qu’après dix longues années  de maladie que V. Mouchel conçut le projet de demander sa guérison au B. Thomas Hèlye; ses parents la transportèrent donc à Biville. Elle y passa trois jours : à la fin du troisième jour, elle fut subitement guérie. A son retour à Auvers tout le monde cria au miracle. Voici le certificat délivré en cette circonstance par M. G. Deschamps, docteur- médecin à Carentan : « Mlle Virginie Mouchel était atteinte d’une névrose générale, qui, pendant 10 ans a constamment résisté aux médications les plus variées. Rien ne m’a tant étonné que d’apprendre son complet rétablissement. Dieu l’a guérie ; lui seul, je crois, pouvait le faire ».

            En reconnaissance de ce bienfait, Mlle Mouchel fit don à l’église de Biville d’une belle bannière représentant d’un côté Saint Pierre, patron de la paroisse, et de l’autre le B. Thomas. Chaque année jusqu’à sa mort arrivée le 27 septembre 1882, elle a voulu accomplir un pèlerinage au tombeau du Thaumaturge.

            Extrait de « L’Echo d’Auvers »-N°8 1855

            (document transmis par Mr Côme HEROUT d’Auvers)