Eglise de Maupertus sur Mer

Add this
Eglise Saint-Martin de Maupertus sur Mer

De l'antique église Saint Martin de Maupertus sur Mer, il ne reste plus rien. Les quelques vestiges qui subsistaient, ainsi que le cimetière, ont disparu en 1943 par l'agrandissement de l'aérodrome, tout proche. Elle se composait, selon des archives, d'un choeur bâti sur une vigie romaine, de deux chapelles formant croisée, d'une nef et d'un clocher à bâtière.
Nous savons qu'une cloche fut bénite en 1598 et que celle-ci fut donnée en échange d'une autre en 1878. Dans les années 1850 des travaux avaient été entrepris à l'intérieur de l'édifice : bancs de la nef, chaire, confessionnal et stalles.C'est avec l'arrivée de Mr l'Abbé Philippe en 1869 qu'un grand chantier allait s'ouvrir.
L'Église , trop éloignée du centre de la population, tombait en ruine, sans qu'il fut possible de la réparer d'une manière utile. La tâche était lourde et nécessitait énergie , dévouement et activité de tous les instants. Mr Philippe fit appel à la générosité de Mme de Brige qui donna un emplacement et des fonds nécessaires à la construction.
Mr Godefroy, chapelain et fondateur de la Communauté de La Bucaille à Cherbourg, en fut l'architecte ; à la condition qu'on ne lui offrirait aucun honoraire pour le travail et les déplacements; sauf le droit de venir demander à dîner chaque fois qu'il visiterait les travaux. Il traça le plan d'un monument ogival du 13ème siècle.
Tous les habitants de Maupertus et des alentours promirent leur concours et tinrent parole. Le Maire fournit gratuitement le moellon et le fermier du manoir fit les plus gros transports. La première pierre posée à l'angle nord du transept et de la nef fut bénie le 23 mars 1870. Après deux années d'efforts persévérants, la bénédiction solennelle de l'église neuve eut lieu le 10 novembre 1872. Mais ce n'était que le gros oeuvre. Il restait à construire la voûte, sculpter les chapiteaux des piliers, élever les autels, garnir de vitraux les fenêtres du chevet, paver le choeur et meubler la sacristie.
Le 20 janvier 1886, 1'église recevait la consécration épiscopale de Mgr Germain.
Le portail de l'ancienne église représentant en haut-relief la charité de St Martin, a été réutilisé pour le même emploi. Toutefois la pierre calcaire étant très friable, il se trouve détérioré par les intempéries.
Le clocher en surélévation sur le portail comporte à son sommet deux fenêtres accolées sur chaque face et se termine par un toit à deux pans.
A l'intérieur, la voûte est posée sur des colonnettes à chapiteaux et l'on y retrouve le mobilier qui avait été fait pour l'ancienne église : chaire, crucifix provenant d'une perque, bancs, stalles et le bel autel en bois placé dans la chapelle gauche du transept; tandis que dans la chapelle droite, un autel en marbre porte la statue de la Vierge de la Salette. Remarquer le tableau représentant la remise du scapulaire à St Dominique et à Ste Catherine de Sienne.
Dans le sanctuaire, le maître-autel en pierre calcaire est agrémenté de deux fenêtres. Celle de gauche représente le vin ; celle de droite le pain. Quatre statues y sont placées : St Martin évêque au milieu, Ste Barbe à gauche et St Sébastien à droite ; et une Vierge à l'enfant sur piédestal. Admirez dans la nef, à gauche, un bas-relief de la charité de Saint Martin.
Mr Philippe aurait pu terminer sa vie de bâtisseur auprès de son église ; mais les évènements du début du siècle lui furent particulièrement douloureux. Lors de l'inventaire prescrit par la loi, il éleva une vigoureuse protestation.
Après avoir célébré ses noces d'or sacerdotales dans la plus grande simplicité, il se retira à St Pierre Église, chez son neveu l'Abbé Pagny - bâtisseur de la Maison de l'Espérance - où il est décédé en 1909. Ils sont inhumés l'un près de l'autre dans le cimetière de cette commune.
La cloche de l'église
J'ai été faite et bénite en l'an 1878 et nommée Marie Françoise Justine par Mr J.B. Justin ROGER chan. Hon. Curé de St Clément de Cherbourg et Mme Marie Françoise Alix DOYNEL marquise de CHIURE. Donnée par tous les paroissiens aidés par quelques amis du dehors et spécialement par Mme Marie Barbe de Longaunay, marquise de Brige, principale et généreuse bienfaitrice de cette église. Mr Gustave PHILIPPE au zèle et aux soins duquel est dûe la construction de cette église étant curé de Maupertus. Sancte Martinae, ora pro nobis.
A. HAVARD Villedieu "