Visite Pastorale de notre Evêque

Add this

Visite pastorale: Mgr Le Boulc'h à l'espace test en maraîchage "Biopousses".

Notre évêque, Mgr Laurent Le Boul'ch est en visite pastorale chez nous au cours de cette année 2017.
Sa première visite a eu lieu le 18 décembre dernier à l'occasion de la manifestation organisée par l'APCM sur le thème "Noël au fil de l'eau".
Sa deuxième visite a eu lieu le 16 janvier à l'occasion de la clôture du Parcours Alpha 2016.
Lors de sa troisième visite, le jeudi 2 mars, il est venu à la découverte d'une entreprise conchylicole puis de l'espace test en maraîchage "Biopousses".

Pour un évêque, une visite pastorale est un moment privilégié d’établir un lien avec son diocèse. Elle lui permet de connaître un peu mieux le peuple qui lui est confié. Dans notre paroisse, Mgr Le Boulc’h a souhaité découvrir en particulier les initiatives qui sont novatrices et permettent le contact avec les périphéries. 

 

Le samedi 17 décembre Mgr Le Boulc’h a pu découvrir la maison paroissiale. Cécile Clérault, la coordinatrice a présenté les différents lieux : l’accueil, le secrétariat, la catéchèse, la librairie, les archives, les registres, le coin dédié à la liturgie, les salles de réunion. Quelques acteurs de la vie paroissiale ont pu présenter ces différents services et retracer l’historique de ce lieu de vie.

L’accent était mis sur l’évangélisation de la famille. Bernadette Guériel, responsable de la catéchèse, a souligné les actions menées auprès des enfants et de leurs familles en communauté paroissiale : compagnons d’Emmaüs, Kté dimanche, par exemple. Bravant grisaille et brouillard, Mgr Le Boulc’h a rejoint la salle des fêtes “Normandy” à Lingreville où il a pu découvrir un autre aspect de ce souci de rejoindre les familles. Ici, c’était l’association “Les amis de la paroisse” qui avait organisé l’exposition “Au fil de l’eau”, avec le soutien de la SNSM et de la Mini-bac de Coutances.

Mgr Le Boulc’h a souligné le côté unique de cette manifestation et la créativité déployée au service de ce moment familial. “Un audacieux message de Noël qui permet aux familles de se rencontrer, une invitation à la fraternité, tous âges confondus.”. Il a apprécié cette belle présentation : “C’est plein d’astuces, d’imagination, de créativité avec ce lien entre les bateaux et la crèche de Noël.” Sur le bassin installé en dessous de la scène évoluait une arche de Noé, un bateau avec la crèche au centre, l’île de la nouvelle alliance : “Un des îlots de Chausey s’est détaché et a dérivé. Un naufragé s’y est installé, il a réussi à sauver un couple de moutons et est devenu berger. Plus tard, un couple de naufragés a trouvé asile sur l’îlot, recueilli par le berger et un nouveau-né y est né.” Un petit marché de Noël était proposé aux visiteurs. Les enfants aidés de leurs parents et des membres de l’association présidée par Claude Lebouteiller, pouvaient réaliser une maquette de bateau, un atelier de construction de gabarre qui a connu un vif succès. De splendides maquettes de bateaux étaient également présentées sur la scène.

Le lundi 16 janvier

À 18 h 30, notre évêque a célébré l’eucharistie à l’église de Montmartin et participé ensuite à la soirée de clôture du parcours Alpha. Un peu plus de 50 personnes étaient réunies autour de lui : les “invités” du parcours, d’éventuels futurs participants, et toute l’équipe organisatrice. Il s’agissait de faire le bilan du 5e parcours Alpha qui avait débuté le 26 septembre 2016 et qui s’est déroulé au cours du premier trimestre au rythme d’une rencontre hebdomadaire plus un week-end en novembre.

Les soirées Alpha, dont le but est de redonner sens à sa vie, s’organisent en tablées, dans une ambiance délibérément très conviviale, autour d’un repas soigné, suivi de l’écoute attentive d’un orateur sur un thème au sujet duquel on débat ensuite très ouvertement. La première rencontre qui pose d’emblée la question “Le christianisme : Faux ? Ennuyeux ? Dépassé ?” donne bien le ton. Elle est suivie de thèmes sur la personne de Jésus, sur le mal, l’Église, la prière, la Bible… et d’autres qui interpellent : “Comment tirer le meilleur parti du reste de ma vie ?”. La confiance s’installe rapidement, les cœurs se libèrent, la communion s’établit. Mais comme l’on juge un arbre à ses fruits, les participants ont été invités à livrer leur témoignage lors de la soirée bilan.

Ainsi a-t-on pu entendre successivement de très belles évocations de ce qui a été vécu : “… le lundi soir, pour moi, est synonyme de rencontre très amicale où l’on peut partager ses pensées, soucis, conceptions de la vie religieuse surtout, ce qu’on ne peut pas faire couramment dans la vie ordinaire…” ou “… c’est ainsi que le parcours Alpha m’a permis de me ressourcer et de faire une pause. J’y suis venue chaque lundi avec beaucoup de joie pour y retrouver animateurs, ‘serviteurs’, notre tablée et l’autre tablée…”. Et encore “… un temps fort qui m’a beaucoup touché : l’exposé de D.B. le dimanche matin du week-end, brûlant de sincérité et de vérité. Sa phrase : ‘le pourquoi des choses ne m’appartient pas’est une parole qui me libère, quand nous escrimons à chercher là où nous avons failli et que cet acharnement est destructeur…”.

Ou bien “… Cela ne peut que me soutenir et m’éclairer afin de continuer ma vie dans le bon sens… Aussi de réfléchir et partager à plusieurs c’est bénéfique. Une phrase que j’ai retenue ‘l’enfer c’est de se couper des autres’…” Et toujours : “J’ai tout d’abord été hésitante, me sentant tellement “ignorante”. Alors je crois que le Seigneur est intervenu et m’a dit “Vas-y !”… Grâce au Parcours Alpha, à ces témoignages, j’ai senti renaître en moi ce désir d’approfondir ma foi, de me tourner davantage vers le Christ. J’ai réalisé qu’il y avait comme un vide qu’il me fallait combler”. Et enfin : “Les interventions des différents orateurs m’ont beaucoup touchée, en particulier leur foi, leur bonheur et leur joie de vivre en s’appuyant sur l’Évangile. Comme je voudrais leur ressembler ! Grâce au Parcours Alpha, à ces témoignages, j’ai senti renaître en moi ce désir d’approfondir ma foi, de me tourner davantage vers le Christ. J’ai réalisé qu’il y avait comme un vide qu’il me fallait combler…”.

Mgr Le Boulc’h a conclu la soirée en nous rappelant les termes de l’exhortation apostolique du pape François “La joie de Le repas lors du parcours Alpha.

l’Évangile” : “En vertu du baptême reçu, chaque membre du Peuple de Dieu est devenu disciple missionnaire”. Comment alors ne pas inviter vivement toutes les personnes du doyenné de Coutances, à participer au prochain parcours Alpha qui débutera le lundi 18 septembre 2017 à 19 h 30 à la salle Jeanne d’Arc de Montmartin-sur-mer ?

❚ Catherine Lamellière et Gilbert Bayon

***************************************

Jeudi 2 Mars 2017

En matinée, Mgr Le Boul’ch, accompagné du Père Jean-Luc Lefrançois et d’une partie des membres de l’EAP a visité une entreprise conchylicole située à Hauteville-sur-Mer, dirigée par Loïc Leclerc et sa sœur Nadège.

Loïc et Nadège ont repris l’exploitation lancée il y a plusieurs années par leurs parents.

Pendant plus d’une heure et demie, ils ont présenté leur activité depuis l’arrivée des naissains en provenance de Bretagne ou des Charentes jusqu’à la commercialisation des moules.

La concession qu’ils exploitent s’étend sur 5.500 mètres de bouchots ; ils travaillent avec deux salariés à temps plein, et ont recours à des saisonniers l’été.

La durée de croissance des moules s’étend sur 12 à 18 mois.

Ce travail  exige de nombreuses interventions depuis la pose des « cordes » sur les pieux, appelés bouchots,  jusqu’à la commercialisation qui s’étend de juillet à janvier.

 

                       

 

 

En après-midi, Mgr Le Boul’ch a poursuivi son itinéraire à Lingreville en visitant l’espace Biopousses

                                                                         

Biopousses, est un Espace-Test créé en 2011 par des élus de Lingreville et le lycée agricole de Coutances. C’est une sorte de « couveuse », pour de jeunes adultes titulaires d’un diplôme agricole (BPREA) qui veulent se lancer dans le maraichage. A chaque porteur de projet est prêté, pour une ou deux années, un terrain de plein champ, 500 m2 de tunnels et des équipements de production, pour expérimenter en situation réelle le métier de maraîcher bio (production et commercialisation).