Septembre 2017 - « Deux nouveaux diacres dans l’Église diocésaine »

Add this
Ce trimestre, j’aurai la joie d’appeler pour notre Église deux hommes au diaconat, Adrien Enault et Thierry Malherbe. Tous deux partageront un même ministère qui fera d’eux des serviteurs de la charité du Christ dans l’Église et pour le monde, même si chacun le vivra dans une perspective différente puisque Adrien sera ordonné diacre en vue du sacerdoce tandis que Thierry sera ordonné diacre permanent.

Le diaconat, remis en valeur par le concile Vatican II, remonte aux commencements de l’Église. Avec le ministère presbytéral, il prolonge le ministère épiscopal qui reçoit la plénitude du sacrement de l’ordre. Les prêtres sont configurés au Christ Pasteur et les diacres au Christ Serviteur.

Une Église qui évangélise est nécessairement une Église diaconale car la fidélité à Jésus l’engage à porter le souci des plus petits, à participer à la construction d’une société plus juste et à témoigner de la charité entre tous les disciples. Dans cet engagement, les diacres sont au premier rang.

J’attends des diacres qu’ils soient des serviteurs de la charité du Christ qui se donne à tous. Ils sont chargés de porter au monde, au nom de l’Église, le signe de la fraternité en acte de Dieu, cet amour désintéressé pour tous qui s’exprime en premier lieu dans l’amour du plus petit. Cela leur demande de ne pas craindre de se tenir au parvis ou aux périphéries de la société et de l’Église. Dans les multiples lieux de fractures du monde d’aujourd’hui, qu’ils soient de ceux qui construisent et sauvegardent les liens entre les hommes.

J’attends des diacres qu’ils plongent dans la vie du monde. Qu’ils se laissent marquer par la charité du Christ et entendent l’appel à travailler pour que l’Église devienne son signe prophétique au milieu du monde. Que les diacres aident l’Église à mieux comprendre le monde pour l’aimer davantage à la manière de Jésus. Qu’ils portent dans l’Église le souci de transformer le monde, au nom de l’Évangile, dans son organisation et ses relations, pour qu’il progresse dans la justice et la paix.

J’attends des diacres qu’au sein des communautés croyantes, communautés locales, et paroisses, ils soient des facilitateurs de paix et de réconciliation pour que la charité des disciples de Jésus se manifeste aux yeux du monde.

De cette manière, les diacres, liés à leur évêque et aux prêtres, encourageront tous les baptisés à vivre en disciples missionnaires de l’Évangile.

Chers diocésains, assurons nos amis Adrien et Thierry de notre amitié et de notre prière. Ne nous lassons pas de prier pour que germent des vocations dans notre Église.

+ Laurent Le Boulc’h